/home/zergy

There are no place like ::1 (Oui, ici, on est moderne, on utilise IPv6)

[Retro] Metroid Prime

Rédigé par Zergy Aucun commentaire

Après une longue absence, la série des Metroid revient par la petite porte de la GBA, pour suivre un an plus tard avec un épisode sur Game Cube.

Premier contact

Le jeu s'ouvre sur une petite introduction animée rappelant les neurones d'un cerveau, la musique se met en place doucement, le titre apparaît, puis le menu. Les habitués de la série reconnaîtront la musique d'introduction qui n'est autre qu'un remix de celle du menu du premier Metroid.

Une fois la partie débutée, une petite cinématique d'introduction pose la scène, puis la caméra rentre dans le crâne de Samus Aran, jingle de début de partie cher à la série, le HUD du casque de s'affiche, c'est parti !

En jeu

Ambiance

Graphismes et cinématique

Les graphismes sont généralement la première chose que nous remarquons quand nous démarrons un jeu, et là, nous pouvons dire que nous sommes servis.

Exemple d'environnement ouvert, ici, les Monts de Phendrana et leur neige. Le canon est ici en mode missile, d'où son aspect éclaté.

On pourrait croire que comme d'autres jeux ce sera juste beau lors des cinématiques pré-calculées et que le reste sera fait à la truelle, et bien non, tout simplement car Metroid Prime n'utilise pas de cinématiques pré-calculées — les quelques cinématiques utilisent le moteur du jeu — et ledit moteur du jeu n'a pas été codé par des handicapés du clavier.

Le décor et les ennemis sont très convenablement modélisés, les effets de lumière et d'explosion ne sont pas en reste mais savent se faire discrets, loin de certains jeux qui veulent en mettre plein les mirettes. A noter que quelques effets renforcent l'immersion du joueur, comme la pluie, le givre ou la vapeur sur la visière du casque selon l'environnement. Les graphismes restent cohérents le long du jeu, aucun niveau ou ennemi n'a été bâclé, de plus, le jeu se paye le luxe de rester fluide, malgré quelques petits ralentissements lors de phases d'action chargées en effets et ennemis.

Le frégate Orpheon est un exemple d'environnement fermé, vous la retrouverez plus tard après son crash sur Tallon IV.

Les environnements alternent aussi dans leur architecture, des zones d'intérieur souvent très fermées et légèrement pesantes et des zones à l'air libre très ouvertes. De plus, la jouabilité n'étant pas en reste, on prendra grand plaisir à parcourir les différents environnements que le jeu propose. :)

Les cinématiques ne sont que très courtes, au moins, nous ne nous ennuieront pas contrairement à d'autres qui dévoilent un scénario bancal avec force cinématiques longues et chiantes.

Metroid Prime à beau dater de 2002 et être, de fait, l'un des premiers jeux de la Game Cube, il reste au-dessus de bien d'autres disponibles sur cette plate-forme. Alors certes, avec les standards actuels, on rira sur l'absence de HD ainsi que sur quelques textures qui ont un peu mal vieilli mais en 2002, quelle claque !

Musique et sons

Les musiques du jeu se font généralement discrètes, n'allez cependant pas croire que c'est pour cacher leur médiocrité.

Si les musiques de Metroid Prime ne ne sont pas inoubliables, elles ont cependant le bon goût de coller à l'ambiance du lieu où l'on se trouve : une musique cristalline et légère pour les Monts de Phendrana, une plus inquiétante pour la frégate abandonnée, etc… Cependant, la donne change avec les musiques des boss qui se montrent plus dynamiques et cassent le côté « arrière plan » de celles-ci.

Les plus anciens joueurs auront de plus le plaisir de retrouver parmi elles des remix des thèmes musicaux de la série, telle la musique des cavernes de Magmoor.

Écran titre Les cavernes de Magmoor Les Monts de Phendrana Surface de Tallon IV Pirate Oméga Méta Ridley

Les sons d'ambiances sont correctement rendu, entre les cris des divers bestioles que nous croisons et de ceux de Samus lorsqu'elle se prend certains coups, les bruits des tirs ou ceux de la végétation, ils renforcent efficacement l'immersion dans le jeu.

Jouabilité

La carte se révèle être un outil pratique, vu l'imensité du jeu.

Généralement, lorsque l'on parle de jeux de tir à la première personne, nous voyons dans la minute rappliquer des trolls PC-istes ne jurant que par le couple clavier-souris venu couler les manettes dans du béton.

Cependant, là encore, Metroid Prime s'en sort avec brio, l'ajout d'un système de verrouillage de cible manuel via l'une des gâchettes de la manette se révèle très efficace pour supprimer la relative imprécision qui touche généralement les FPS sur consoles de jeu vidéo. Alors, certes, les joueurs PC répondront par un « Bouh, cheat ! » bien senti, mais ce système de verrouillage se trouve être très efficace sans pour autant rendre le jeu facile.

Car oui, Metroid Prime n'est pas simple et continu dans la lignée de ses ancêtres. Si la plupart des ennemis de base ne posent pas de problème, ce sont les boss qui se montreront plus retords. Lors de votre première partie, ils vous arrivera de perdre plusieurs fois avant de trouver la technique pour vaincre, et encore, une fois ceci fait, ce n'est pas gagné. Si le cœur vous en dit, un mode « Difficile » se déverrouille une fois le jeu terminé une première fois.

Pour le reste, Metroid Prime, bien qu'étant en vu à la première personne n'est pas un FPS très ordinaire. Généralement dans ceux-ci les zones explorées sont linéaires, nous ne revenons que peu ou pas là où nous sommes déjà passé. Metroid Prime utilise, de son côté, un système de zones maillés, les différents secteurs que vous visitez sont reliés entre eux et il sera nécessaire de revenir sur vos pas une fois un nouvel objet obtenu pour débloquer une zone auparavant inaccessible pour avancer.

Il se révèle cependant parfois un peu long d'aller d'une zone à une autre, même si la mini-carte — en 3D s'il vous plaît — vous permet de vous y retrouver, et vu la l'immensité du monde que vous aurez à explorer, vous en aurez bien besoin.

Cependant, le temps passé à explorer vous donnera accès à des salles contenant divers bonus comme des missiles supplémentaires, des réserves d'énergies ou des stations de recharges. Trouver ces bonus vous permettra d'avoir un score de 100% une fois le jeu terminé.

Le temps passé à l'exploration sera récompensé par divers bonus, ici, un capsule de recharge permettant d'avoir 100 points de vie supplémentaire.

En parlant des bonus, on retrouvera ici les classiques de la série, avec la boule morphing pour aller dans les passages étroits, les bombes de puissance, les missiles et les différents rayons que votre arme pourra recevoir en plus du rayon de puissance de base. Vous trouverez également des systèmes de vision supplémentaires, comme la vision infrarouge.

Le faite que l'on soit poussé à explorer de fond en comble les niveau et que le coté FPS soit simplifié via le système ciblage fait de Metroid Prime un mélange efficace entre les deux genres, ceci lui a souvent valu le terme de FPA pour « First Personal Adventure ». Comme quoi, les jeux d'aventure peuvent être autre chose qu'a la troisième personne et que la vu à la première personne n'est pas forcement cantonnée aux FPS bourrins à la Duke Nukem 3D.

es joueurs se sont fait des frayeurs quand ils ont appris que Metroid Prime utilisera une vu à la première personne, de peur que celui-ci ne devienne qu'une FPS banal trahissant l'esprit de la série heureusement, Retro Studios à largement su relever le défi, à notre grand soulagement.

Scénario

Début du jeu sur le pont de la frégate Orpheon, au loin la planète Tallon IV.

Le scénario de Metroid Prime débute pas un appel de détresse - un thème récurant dans la série - provenant d'une frégate en orbite de la planète Tallon IV, cependant, mis à par cela, rien n'est indiqué, celui-ci se découvre tout du long du jeu.

Votre armure est équipée d'un viseur d'analyse, si celui-ci s'avère pratique pour avoir des informations qu'en à vos ennemis, il vous sera indispensable de l'utiliser sur les divers consoles de commandes ou textes gravés sur les murs pour en apprendre plus sur le scénario. Car oui, comme tout Metroid qui se respecte, vous êtes seul, vos seules rencontres seront hostiles. Au moins, on évitera les PNJ boulet.

Ne pas analyser l'environnement autour de vous vous fera passer à coté d'un scénario qui se dévoile petit à petit et qui se révèle au final bien construit.

Le viseur d'analyse vous donnera de précieux indices sur l'univers et le scénario.

Et donc ?

Alors, un sans faute ?

Je dirais oui, le jeu se révèle d'une très bonne qualité graphique et sonore et est agréable à jouer malgré le fait que l'on soit parfois un peu perdu, de plus, le mode Difficile ou vouloir décrocher un score de 100% vous incitera à vous y remettre.

En non, désolé, on ne voit pas les boobs de Samus quand on termine le jeu à 100%.

Vous avez un Game Cube sans Metroid Prime ? Courez vous le procurer !

Votre Wii fait une indigestion de jeux pour joueurs occasionnels ou prend la poussière ? Procurez-lui une alimentation saine.

Vous voulez mettre à genoux votre nouveau PC octo-cœur blindé de mémoire vive ? Installez l'émulateur Game Cube Dolphin et jouez-y.

Dans l'espace personne ne vous entendra crier.
Ridley sera bien entendu de la partie.

Les commentaires sont fermés.

Fil RSS des commentaires de cet article